Emile Zola
Lycée Polyvalent
Aix-en-Provence
 

Le 22 janvier 2011 : jour de l’amitié franco-allemande

dimanche 30 janvier 2011, par Allemand

Les élèves de Terminale en section européenne Allemand au Lycée Zola ont fait quelques recherches sur cette date importante dans l’histoire de l’amitié franco-allemande.

Le 22 janvier : jour de l’amitié franco-allemande

À l’occasion de la célébration par le président de la République française et par le chancelier de la République fédérale d’Allemagne du quarantième anniversaire du Traité de l’Élysée, le 22 janvier 2003, il a été décidé que cette date serait chaque année, dans les deux pays, la Journée franco-allemande.

« Toutes les possibilités seront offertes aux jeunes des deux pays pour resserrer les liens qui les unissent et pour renforcer leur compréhension mutuelle ».

Le 22 janvier 1963, le général de Gaulle, président de la République française, et Konrad Adenauer, chancelier de la République fédérale d’Allemagne, signent à Paris le Traité de l’Élysée qui prévoit notamment des consultations entre les deux partenaires et un rapprochement dans les domaines des relations extérieures, de la défense et de l’éducation.

>Quelques extraits du Traité de l’Elysée , sélectionnés par Maxime Juventin TS et Simon Fabre, TES Lycée Zola.

« A la suite de la déclaration commune du Président de la république française et du Chancelier de la République Fédérale d’Allemagne en date du 22 janvier 1963, sur l’organisation et les principes de la coopération entre les deux Etats.[...]

Les Ministres des Affaires étrangères veilleront à l’exécution du programme dans son ensemble. Ils se réuniront au moins tous les trois mois.[...]

Des rencontres régulières auront lieu entre autorités responsables des deux pays dans les domaines de la défense, de l’éducation et de la jeunesse.[...]

Les Ministres des Armées ou de la Défense se réuniront au moins une fois tous les trois mois. De même, le Ministre français de l’Education nationale rencontrera, suivant le même rythme, la personnalité qui sera désignée du côté allemand pour suivre le programme de coopération sur le plan culturel [...]

Le haut-commissaire français à la Jeunesse et aux Sports rencontrera, au moins une fois tous les deux mois, le Ministre fédéral de la Famille et de la Jeunesse ou son représentant. [...]

Les échanges de personnel entre les armées seront multipliés ; ils concerneront en particulier les professeurs et les élèves des écoles d’Etat-major ; ils pourront comporter des détachements temporaires d’unités entières. Afin de faciliter ces échanges, un effort sera fait de part et d’autre pour l’enseignement pratique des langues chez les stagiaires.[...]

Les deux Gouvernements reconnaissent l’importance essentielle que revêt pour la coopération franco-allemande la connaissance dans chacun des deux pays de la langue de l’autre. Ils s’efforceront, à cette fin, de prendre des mesures concrètes en vue d’accroître le nombre des élèves allemands apprenant la langue française et celui des élèves français apprenant la langue allemande.[...]

Les autorités compétentes des deux pays seront invitées à accélérer l’adoption des dispositions concernant l’équivalence des périodes de scolarité, des examens, des titres et diplômes universitaires. »


L’OFAJ

L’OFAJ (Office franco-allemand pour la Jeunesse) ou DFJW (Deutsch-Französisches Jugendwerk) en allemand, est une institution créée le 22 Janvier 1963 par le Général de Gaulle et le Chancelier Fédéral Konrad Adenauer à l’occasion de la signature du Traité de l’Elysée qui devait officialiser et promouvoir la coopération franco-allemande dans différents domaines.

L’OFAJ commence son activité à partir du 5 juillet 1963, avec pour objectif de développer les relations entre les jeunes Allemands et les jeunes Français et ainsi bannir pour toujours cette étiquette d’ « ennemis héréditaires » longtemps associée à la relation franco-allemande.

L’Accord initial stipule d’ailleurs : « L’Office a pour objet de resserrer les liens qui unissent les jeunes des deux pays, de renforcer leur compréhension mutuelle et, à cet effet, de provoquer, d’encourager et, le cas échéant, de réaliser des rencontres et des échanges de jeunes. »
Ainsi l’OFAJ encourage l’apprentissage de la langue du partenaire et soutient les échanges scolaires, universitaires et extrascolaires ou encore dans la formation professionnelle.

Le site de l’OFAJ offre une multitude de possibilités pour ceux désirant organiser des échanges, obtenir une bourse pour partir en Allemagne faire un stage ou trouver un job pour les vacances.

Une bourse spéciale « PROMOBIL »encourage la mobilité des jeunes Français et Allemands pour réaliser un projet professionnel. Ce dispositif existe depuis le 21 Janvier 2009 et les informations sont disponibles sur le site Promobil.

Article rédigé par Elise Nicoli, TL Lycée Zola.

La Chaîne ARTE

Arte est une chaîne de télévision franco-allemande promouvant l’intégration culturelle européenne. Elle a été créée en 1990 à l’initiative du président français François Mitterrand et du chancelier allemand Helmut Kohl. Elle a commencé à diffuser en 1992.

Elle partage un canal de diffusion analogique avec France 5 où elle peut être vue de 19 à 3 heures mais diffuse 24 heures sur 24 sur le câble et le satellite en français ou en allemand. Les journaux sont par ailleurs oublés dans les deux langues

Une des émissions proposées, Karambolage est diffusée chaque dimanche à 20h. Elle est composée de différentes rubriques, dont :

- La réponse à la question d’un téléspectateur
- La comparaison entre la version française et l’allemande d’un mot
- Un objet (a)typique
- Les coutumes

De plus, à chaque fin d’émission, un plan tourné dans un des deux pays est montré, et on peut jouer à deviner le détail qui révèle si la scène provient de l’hexagone ou d’Outre-Rhin pour gagner un cadeau.

JPEG - 22.2 ko
La glace, un mot délicieux !Hum, lecker !
Photo :site d’Arte, Article : Carole Lai Tong, TS Lycée Zola

Programme ERASMUS : Témoignage d’un semestre d’études en Allemagne.

E. Coulon, ingénieure, a passé 6 mois en Allemagne grâce au programme d’échange ERASMUS pendant ses études à l’université. Elle raconte aux élèves ce qu’elle a appris de cette expérience :

« Alors, ce que Erasmus m’a apporté...
L’avantage principal de ce système c’est de faciliter grandement l’accès à des universités étrangères par la mise en place d’accords au niveau européen. Tu sais qu’il y a aussi des bourses attribuées aux étudiants par le système Erasmus afin d’aider aux frais supplémentaires, qui varient en fonction du pays.

Le fait d’aller étudier à l’étranger est très intéressant à plusieurs titres :

1) Bien sur, on va apprendre/approfondir une langue étrangère

2) d’un point de vue "scolaire" : Ce n’est pas forcement le semestre où on apprend le plus de choses par rapport au diplôme mais c’est compensé par les compétences dans la langue du pays... Pour mon cas précis, je me suis aperçue que le système allemand d’études scientifiques était très différent du notre, qu’on n’avait pas la même façon d’apprendre les choses, qu’on utilisait des notations différentes, et même qu’on n’avait pas la même méthode pour résoudre les équations... Cela m’a fait réfléchir sur les 2 systèmes, pour essayer de comprendre comment c’était possible d’avoir ces 2 formes si différentes mais qui à la fin donnaient tout de même des ingénieurs compétents...

3) d’un point de vue personnel, c’est très enrichissant d’aller vivre dans un contexte différent de celui dans lequel on évolue habituellement. Ce n’est pas juste une langue étrangère qu’on apprend mais on découvre aussi une autre culture. Et c’est très différent d’y aller pendant 15 jours ou pendant plusieurs mois. Cela permet aussi de prendre du recul sur sa propre culture et son pays, de voir les choses de l’extérieur fait avoir une vision différente.

Et le fait d’être à l’extérieur de son contexte habituel a aussi des effets plus étonnants, pour moi et la plupart des gens que je connais qui ont fait un semestre Erasmus, c’est une période qui permet de trouver son chemin, d’un point de vue personnel. C’est un peu comme les gens qui font le tour du monde (mais en moins aventureux). »

Témoignage recueilli par Flora Coulon, TS Lycée Zola
 
Lycée Polyvalent Emile Zola – Av Arc de Meyran BP 60010 - 13181 Aix-en-Provence – Responsable de publication : Mme Portigliatti, chef d'établissement
Dernière mise à jour : jeudi 9 juillet 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille